Figurine

C’est dans les montagnes des Carpates et plus particulièrement dans le pays Goutsoul en Ukraine que les pasteurs sculptaient, dans les alpages, les figurines en fromage avec du lait de brebis : chevaux, moutons, colombes, cercles en forme de beignets… A la fin de l’estive, quand ils redescendaient aux villages, ils portaient accrochés à la ceinture leur production de figurines pour les offrir à leurs petites amies et aux membres de leurs familles. Dès la fin du XIXe siècle cette activité est devenue une spécialité féminine notamment dans les villages de Broustouriv, Rittchka, Kosmatch, Kosiv.

Le fromage servant à la fabrication des figurines est du genre feta. Avant le modelage, afin de lui assurer la malléabilité, on le laisse tremper dans l’eau chaude. Pour lui donner plus de densité et de dureté la figurine en fabrication est périodiquement plongée dans l’eau salée. Plus le fromage est imbibé de sel, plus longue sera la vie de la figurine, jusqu’à plusieurs années voire dizaines d’années.

Aujourd’hui, non seulement les figurines sont fabriquées selon les procédés anciens mais elles gardent encore leur signification d’amulette et de porte-bonheur. On peut les acheter à la sortie des églises lors des fêtes patronales ou les commander pour un événement familial important. Lors des fêtes de mariage on attache aux poignets des jeunes mariés sur un fil rouge, des petits beignets en fromage comme promesse d’une vie heureuse et prospère. On en distribue en forme de colombe aux proches d’un défunt pour la paix de son âme. On les offre à l’occasion d’une naissance, d’un anniversaire, d’obtention d’un diplôme. Les figurines particulièrement sophistiquées sont gardées dans les familles comme des reliques ou entrent dans les musées locaux comme celui de la ville de Kosiv qui en possède une importante collection. D’autres plus « communes » sont consommées aussitôt après leur fabrication ou utilisées comme jouets, l’un n’empêchant pas l’autre. Parmi les figurines les plus élaborées et les plus décorées se trouvent les chevaux, avec leur cavalier, leur harnachement et leur chargement. Celle de la collection du Musée de l’Homme représente un porteur d’eau, ses cruches attachées aux flancs du cheval. Fabriquée dans les années 1980 elle a été acquise par Tatiana Fougal en 1995 au village de Kosmatch, dans la région de la ville de Kosiv.  

Tatiana Fougal - Collections d'Ethnologie - Musée de l'Homme - MNHN

Vue 3D








Mesure :
0.0 mm
Plan Position Retourner






Afficher les plans Afficher les arêtes

Médias associés