Baton percé

N° inventaire : MNHN 38.189.1264

Cet objet d’un peu plus de vingt centimètres de longueur a été découvert dans l’abri de Laugerie Basse, du célèbre site paléolithique des Eyzies De Tayac-Sireuil, en Dordogne.

Il a été sculpté dans un bois de renne, au Magdalénien (il y a environ 15.000 ans).

Les bois de cervidés sont des structures osseuses, vascularisés, qui tombent et repoussent chaque année. Chez les rennes, les mâles et les femelles portent des bois.

Ces bâtons percés du Paléolithique, gravés de motifs abstraits ou animaliers et présentant un trou circulaire et une ou deux extrémités en forme de « T » ou de « Y », sont connus en plusieurs dizaines d’exemplaires. Pourtant leur fonction est toujours inconnue.

De nombreuses hypothèses sur l’utilisation de ces bâtons percés ont été émises, dont les plus discutées sont les suivantes : symbole de puissance ou représentatif d’un statut (bâton de commandement) ; redresseur de sagaies (la sagaie chauffée était introduite dans le trou, puis redressée) ; propulseur de sagaies ; élément destiné à tendre les peaux ou à bloquer de lourdes charges ; rouet pour fabriquer des cordes ; manche de fronde ; « poignée de frein » lors de la capture au lasso de gros gibiers ; poignée de production de feu par friction ; ou bien encore outil de pêche, sur le modèle des petites cannes à pêche des Inuits et encore employées dans l'est de la Russie.

La visualisation des structures internes du bois de renne permet de mieux comprendre les techniques de sculpture utilisées au Magdalénien, de mettre en évidence les zones de contraintes internes pour tester les hypothèses d’utilisation (propulseur, redresseur de sagaies, canne à pêche, etc.), et de repérer les fragilités de l’objet pour un diagnostic de restauration.


Aide pour une utilisation optimale

Vue 3D

Baton percé
1






Mesure :
0.0 mm
 

Vue par coupes

Vue HD de 3 coupes tomographiques


Médias associés